· 

#25 - Le pouvoir de non-achat

Le pouvoir de non-achat

pour ne plus être des pigeons à plumer

Nous le savons tous : pour avoir des finances saines et un budget équilibré, il y a quelques règles de bon sens à respecter : Ne pas dépenser l’argent que l’on n’a pas, dépenser moins que ce que l’on gagne, anticiper les dépenses à venir, avoir un pécule de secours pour les aléas de la vie et si possible capitaliser.

 

Pourtant, dans le monde actuel, il est devenu quasiment impossible de fonctionner ainsi. Tout nous incite à faire exactement l’inverse et à perdre définitivement la maîtrise de nos dépenses. Nombreux sont ceux qui se retrouvent en surendettement sans l’avoir vu venir.

 

Vivre à crédit

Pour nous faire dépenser notre argent avant même de l’avoir reçu, les idées sont nombreuses : « Achetez maintenant et payez dans trois mois… », « Payez en quatre fois sans frais »… L’autorisation de découvert va dans le même sens ainsi que les crédits à la consommation. De plus en plus souvent, les salaires ne rentrent que pour combler le trou du mois précédent, qui se creuse aussi sournoisement qu’inexorablement.

 

Perdre en croyant gagner

Tels des illusionnistes, ceux qui en veulent à notre argent ont mille tours de passe-passe pour nous faire croire que nous économisons quand nous dépensons.

  • Le cadeau « offert » avec l’achat, qu’il faudrait être naïf pour croire gratuit (si c’est gratuit, c’est toi le produit !).
  • Le « chèque de remise » dont beaucoup ne réalisent pas qu’il n’a pas de valeur marchande en soi, qu’il nous oblige à dépenser pour l’utiliser et donc qu’on ne perd rien à ne pas l’utiliser.
  • La carte fidélité, qui à travers une illusion de ristourne, sert surtout à étudier nos habitudes de consommations.
  • Les lots prétendus « économiques » et qui ne font économiser que quelques centimes.
  • et ces bons d’achat qui cherchent à nous occuper l’esprit : tant qu’on calcule ce que l’on va « gagner » en achetant, on en oublie de compter ce que l’on achète…

Autorisation de piller nos comptes en banque

Le consommateur est de plus en plus souvent confronté à des contrats d’adhésion sans aucun pouvoir de négociation, face à des professionnels devenus tout puissants. Mensualisations et prélèvements automatiques se multiplient, deviennent quasiment obligatoires et la mensualisation ne dilue les montants que pour mieux les dissimuler. Un ordinateur à 1 euro par jour, vous coûte tout de même 365 euros par an !

 

Un argent de plus en plus virtuel

 « Y’a plus de sous, Papa. Autrefois on savait l’argent qu’on a, en voyant la bosse sous le matelas » chantait Ricet Barrier. L’argent s’envole de façon de plus en plus abstraite : carte bancaire, TIP, virements, prélèvements… Comment savoir aujourd’hui ce que l’on paye ?

 

Ces nouvelles donnes financières, en le privant du contrôle de ses dépenses, créent chez le consommateur une angoisse diffuse, latente, sournoise, accompagnée d’accès de panique à la réception des factures. Il sait que son mode de consommation est fragile et périlleux. Cela explique pourquoi un français sur deux ne se croit plus à l’abri de devenir un jour SDF.

 

Le sacro-saint "pouvoir d'achat"

Plus le consommateur est compulsif et immature, plus il est facile à plumer. On ne nous parle plus d’avoir de d’argent sur nos comptes, mais de « pouvoir d’achat ». Comme si chacun d’entre nous n’avait qu’un seul vœu : acheter, acheter encore et, ô merveille, si son « pouvoir d’achat » augmente, acheter encore plus. Pourtant, le vrai pouvoir est justement de refuser d’acheter. Car c’est lorsque les consommateurs boycottent un produit ou une marque qu’ils exercent réellement leur pouvoir. La sanction financière d’un manque à gagner est le seul message qui peut influencer les comportements des puissants industriels.

 

Savoir acheter peu et à bon escient, choisir d’acheter moins pour plus de qualité, prendre le temps de réfléchir et anticiper les dépenses pour les payer comptant, cela apaise rapidement les angoisses. Reprenez autant que vous le pouvez le contrôle de vos achats. Là est votre vrai pouvoir.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Josephine Vallecillo (vendredi, 18 novembre 2022 11:28)

    Très bon article...il est vrai que nous sommes dans un tourbillon...A nous de vouloir en sortir

  • #2

    Marie Haouassi (vendredi, 18 novembre 2022 20:18)

    Bonsoir Christel
    Un article qui me conforte sur mes habitudes de consommation... Merci